Remboursement allergologue : à combien les mutuelles prennent en charge les consultations, tests, désensibilisation et soins d'allergie ?

Les remboursements de l'allergologue par les mutuelles santé partenaires de « Mutuellespascheres.fr » dépassent 300 % des tarifs de base de la Sécurité sociale fixés à 30 € pour une visite chez un spécialiste du Secteur 1 avec ordonnance du médecin traitant et à 23 € pour la consultation d’un allergologue du Secteur 2 hors parcours de soins.

Elles couvrent aussi à 400 % de la BRRS les tests d'intolérance aux allergènes (acariens, pollen, aliments, animaux, etc.) et les analyses biologiques nécessaires aux diagnostics des allergies.

De plus, les bonnes mutuelles pour personnes allergiques prévoient des remboursements élevés des traitements de désensibilisation, des soins médicamenteux (antihistaminiques) et des produits sans allergènes (glutens, lactose, etc.).

Réalisez vos devis personnalisés pour choisir au meilleur prix la mutuelle santé qui vous rembourse le mieux les consultations avec ou sans ordonnance des allergologues du secteur 1 ou 2 et les soins d'allergologie.

Remboursement allergologue : que prennent en charge les mutuelles santé pour les consultations, tests, désensibilisation et soins et laquelle choisir ?

Les remboursements des allergologues par les mutuelles santé couvrent au complet les consultations des spécialistes en allergologie conventionnés au secteur (1) ou (2) et les frais des traitements des allergies par des prises en charge étendues aux :

  • Consultations : une bonne mutuelle spéciale consultation avec des garanties supérieure à 200 % peut compléter intégralement les différentes prises en charge de la CPAM pour les visites avec ou sans ordonnance chez un allergologue du secteur 1 ou 2 et dont le prix moyen est de 40 €/consultation.
    En effet, l'auscultation par un spécialiste des allergies sur avis du médecin traitant, est remboursée par la Sécurité sociale à 70 % des tarifs de base suivants : 30 à 50 € en cas de recours à un Spécialiste du secteur 1 et 23 à 50 € en cas d'appel à un spécialiste du secteur 2. Par contre, pour une consultation chez un praticien sans ordonnance du médecin traitant, le remboursement de la Sécu passe à 30 % des tarifs suivants : 25 € si l'allergologue consulté est affilié au secteur 1 et 23 € s'il est conventionné au secteur 2. Quant aux personnes allergiques déclarées en ALD, les honoraires sont remboursés à 100 % par l'assurance maladie.
    Ces restes à charge, ainsi que les dépassements d'honoraires facturés par les spécialistes du secteur (2) peuvent être couverts au complet par une mutuelle qui rembourse bien les médecins allergologues.
  • Analyses : après la première visite chez l'allergologue, les patients sont souvent amenés à faire des tests d'allergies et d’analyses de sang pour identifier les agents responsables des réactions d’hypersensibilité. Ces bilans allergologiques, comme le Prick-test, le Patch test et la rhinomanométrie, sont remboursables par les mutuelles à taux de l'ordre de 300 %.
    Par exemple, un test allergologique par piqûre épidermique est facturé à 80 €, tandis que la Sécurité sociale ne rembourse que 20,16 € (70 % x 28,80 €). L’assuré peut alors compter sur sa mutuelle santé pour obtenir un remboursement complet de ce teste d’allergie.
  • Traitements antiallergiques : une fois identifier les allergènes responsables des réactions d'intolérance immunitaire, une mutuelle santé bien choisie est la clé pour rembourser les thérapies antiallergiques comme :
    1. La désensibilisation ou l'hypo-sensibilisation : ces traitements d'immunothérapie sont recommandés en cas d'allergies polliniques ou alimentaire. Le remboursement de la désensibilisation par les mutuelles complète à 100 % les prises en charge de la Sécurité sociale limitées à 30 % pour l'immunothérapie spécifique. Ces traitements par injection sous-cutanée ou par prise sublinguale visent à rendre le système immunitaire du patient plus tolérant à un allergène. La désensibilisation pour améliorer la réponse immunitaire du patient peut durer jusqu'à 5 ans avec un suivi continu par de nombreux professionnels de la santé. Selon les résultats des tests et bilans allergologiques, ces soins contre l'hypersensibilité respiratoire, alimentaire ou cutanée doivent être effectués sous surveillance médicale ou même, dans le cadre d'une hospitalisation ; ce qui augmente encore plus les frais à la charge des patients.
    2. Traitements médicamenteux : ils apaisent les symptômes d'intolérance aux allergènes comme les urticaires, la toux, les douleurs abdominales, la conjonctivite, etc. Les médicaments symptomatiques utilisés en cas d’eczéma, d’asthme, de conjonctivite, etc., sont coûteux et certains d'entre eux sont remboursés uniquement à 15 % par la Sécurité Sociale. Ainsi, le recours à une mutuelle est nécessaire pour rembourser à 100 % les médicaments (antihistaminiques, anti-inflammatoires, corticoïdes, adrénaline en cas de choc anaphylactique, etc.).
    3. Traitements homéopathiques et phytothérapiques : ces médicaments visent à réduire les symptômes des réactions allergiques comme l’écoulement nasal, le larmoiement, les démangeaisons, etc. Ces soins sont remboursés uniquement par les mutuelles à travers des forfaits jusqu'à 250 €/an pour la phytothérapie et l'homéopathie.
  • Aliments antiallergiques : en cas d'allergie alimentaire comme une maladie cœliaque, les produits sans gluten et les substituts du lait sont partiellement pris en charge par l'Assurance Maladie (60 % de la BRSS) dans les limites suivantes : 45,73 €/mois pour un adulte et 33,54 €/mois pour un enfant de moins de 10 ans.
    Quant aux mutuelles santé, elles interviennent en complément de l’Assurance-maladie et remboursent sous forme de forfaits (60 à 90 €/an) les compléments alimentaires prescrits en cas d'intolérance.

Parmi les mutuelles qui remboursent efficacement les consultations des allergologues et des autres frais précédemment cités figurent :

  Consultations allergologues Analyses biologiques Désensibilisation et médicaments symptomatiques Homéopathie et phytothérapie
Swisslife 400 % 400 % 100 % 150 €/an
FFA 300 % 300 % 100 % 100 €/an
April 250 % 250 % 100 % 150 €/an
Cegema 250 % 250 % 100 % 150 €/an
Miltis 210 % 150 % 100 % 180 €/an

Exemples des remboursements des allergologues, des tests et des soins d'allergies par les mutuelles santé

Vu le large choix de garanties proposées par les partenaires au comparateur, il est aisé de choisir des remboursements renforcés des allergologues et de 1 ou de plusieurs dépenses médicales les plus couteuses des soins des allergies.

Si vous êtes allergique, faites vos devis gratuits et découvrez quelle mutuelle rembourse le mieux les allergologues et les frais médicaux liés aux traitements de votre allergie.

Applications mobiles spéciales allergies : les nouvelles technologies au secours des allergiques

De nombreux sites aident les allergiques à mieux gérer leurs maladies comme celui du Réseau National de Surveillance Aérobiologie (RNSA) qui émet des bulletins allergo-polliniques par département. Il existe aussi des applications pour mobiles (iOS ou Android) qui informent les personnes allergiques sur la présence d'allergènes dans l'air ou les aliments ; c'est le cas avec :

  • Alerte pollen : véritables tableaux de bord des allergies respiratoires, ils permettent de suivre à la fois ses symptômes et de partager ces données en temps réel avec son médecin.
  • Shopwise : cette application déchiffre les étiquettes alimentaires et explique ce que contient chaque produit commercialisé. Ceci permet de déceler la présence d'allergisants et de savoir si le produit est bon pour la santé ou non. À ce jour, plus d'un demi-million de personnes font confiance à ce logiciel.

Les personnes allergiques aux pollens peuvent aussi recourir au site de l’RNSA pour recevoir un Bulletin d’alerte en fonction de la zone de résidence et des allergènes auxquels ils sont sensibles afin de réduire l'exposition, comme expliqué dans la vidéo ci-dessous :

Le recours à ces technologies en cas d’allergie saisonnière ou incurable permet d’éviter l'exposition aux allergènes aériens et d’exclure les agents allergéniques du régime alimentaire ou des médicaments consommés par le patient.

La question qui se pose, alors, est de savoir si ces logiciels et autres gadgets futuristes doivent figurer au rang des équipements médicaux prescrits par les allergologues et remboursés par les mutuelles santé.

 

4.9 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Évaluation 4.9 sur 5 (note basée sur 10 vote(s))

Évaluer notre article